Letters from the teapot (1)

Chers amoureux des livres,

J’ai envie ce soir de tester un format différent. Une chronique sous forme de lettre, qui sera parfois courte, parfois longue, un peu selon l’envie et les choses dont j’ai envie de vous parler.

Je ne sais pas quel temps il fait de votre côté de l’écran, mais ici la saison automnale est bien installée. Il pleut beaucoup, et ma maison pourtant lumineuse s’assombrit. J’allume donc mes lampes d’ambiance, ce qui crée une atmosphère particulière, comme je les aime.

Hier, j’ai enfin commencé le nouveau roman de Joël Dicker, Le livre des Baltimore. J’avais oublié à quel point son écriture était addictive. Je me revois en train dévorer L’affaire Harry Québert il y a deux ans, à peu près à la même époque de l’année en plus. Je l’avais depuis un certain temps dans ma pile à lire, et c’est à la saison automnale que je l’avais sorti. C’est marrant parfois comment le présent répond au passé. Peut-être n’est-ce que le jeu de notre inconscient. Ou, dans le cas présent, simplement la date de sortie du nouveau livre. Quoiqu’il en soit, j’aime beaucoup. Je n’en suis qu’au premier tiers, mais je me prends au jeu. La narration est éclatée, et je suis totalement happée par les passages se déroulant dans le passé ainsi que par les personnages. J’essaie de le déguster, mais vous n’êtes pas sans savoir qu’un suspense bien dosé est une chose à laquelle il est peu aisé de résister.

dc591bb44b38df660c7e41cccc611fdd

La semaine dernière, j’ai refermé un livre absolument délicieux : Miss Buncle’s book de D.E. Stevenson. Une comédie so british savoureuse dans laquelle la publication d’un livre vient bousculer la vie tranquille d’un petit village anglais. Je n’ai pas encore écrit ma chronique, mais je compte bien en parler sur le blog car c’est un petit bijou de bonheur, une lecture doudou bien écrite et incroyablement drôle. Je dois également encore vous parler de Meurtres au manoir de Willa Marsh qui est quant à lui un roman particulièrement adapté pour ce mois d’octobre. Avec sa magie noire en filigrane, ses personnages immoraux  et son humour particulièrement grinçant, il fait partie de ces titres difficilement classables, mais qui nous marquent incontestablement.

J’ai été bien occupée la semaine dernière, et le blog a tourné au ralenti. Mais je dois bien avouer aussi que j’ai de nouveau ressenti un manque de motivation. Il faut dire que tenir le blog prend beaucoup de temps, et je pense qu’il est normal de temps à autre de remettre en question tout ça. D’où l’envie de vous écrire quelques mots ce soir en toute simplicité.

Un de mes chiens est à mes pieds. Il commence à s’impatienter, signe que j’ai passé trop de temps aujourd’hui derrière l’écran (il a parfaitement raison), et qu’il est temps de tout éteindre et de profiter de ma soirée. Je pense continuer ma lecture, mais pas avant d’avoir allumé la bouilloire. Qu’avez-vous prévu ce soir ? Et que lisez-vous ?

Je vous souhaite une très bonne soirée,

-Emy

26dc20a7b87466885350cf49b3622ef1

Publicités

Envies de lectures (2)

Ca y est ma semaine de vacances est enfin arrivée ! Au programme, une semaine de repos avec des tas de lectures ! Je vous ai donc préparé un petit billet pour vous montrer les livres que j’ai emportés dans ma valise. Il y en a qui figuraient déjà sur mon dernier billet du genre. J’espère que je trouverai le temps de d’en dévorer quelques-uns, même si bien entendu, il ne sera pas possible de tout lire…

  • Uprooted de Naomi Novik
  • Prête à tout de Joyce Maynard
  • Un baiser pour la nuit d’Anna Godbersen
  • Le secret de la manufacture de chaussettes inusables d’Annie Barrows
  • La meilleure d’entre nous de Sarah Vaughan

  • Juliet, Naked de Nick Hornby
  • The full cupboard of lifeThe Kalahari typing school for girls d’A. McCall Smith
  • Miss Buncle’s book de D.D. Stevenson
  • The storied life of J. Filkry de Gabrielle Zevin
  • Frances & Bernard de Carlene Bauer

Si vous en avez lu qui figurent dans ma PAL, n’hésitez pas à me partager vos impressions :-) Et si une lecture commune vous tente, faites-moi signe !

-Emy

Charlotte

IMG_2423-0

Il y a plusieurs semaines que j’ai refermé Charlotte, et je peux vous dire qu’il me hante toujours aujourd’hui. C’est un roman que je suis certaine de relire un jour, et pour tout vous avouer, j’ai déjà envie de le relire là, maintenant, tout de suite.

Découpé en huit parties, le roman retrace la vie de Charlotte Salomon, peintre juive allemande. Nous la suivons depuis son enfance jusqu’à sa mort, exécutée à l’âge de 26 ans, alors qu’elle était enceinte. Charlotte grandit dans le milieu intellectuel et artistique berlinois. Tout en faisant face à un passé familial assez morbide, elle découvre sa passion pour l’art et entre à l’Académie des Beaux-Arts. S’ensuit la fuite en France au début des années 40. C’est là qu’elle réalisera son oeuvre autobiographique Leben ? oder Theater ? Le climat de l’époque baigne le récit, mais il ne prend jamais le pas sur la voix de l’héroïne. Nous vivons l’histoire à travers ses yeux, ce qui est d’autant plus bouleversant.

Mais Charlotte n’est pas uniquement un récit de vie. C’est aussi le récit d’un écrivain aux prises d’un sujet qui le fascine et qu’il a du mal à appréhender. Les paragraphes racontant l’histoire de Charlotte se succèdent et s’entrelacent aux anecdotes et confidences de l’écrivain sur le chemin qui l’a mené à écrire ce roman. Un peu à la façon de notes de bas de pages qui seraient intégrées au récit. Il explique sa connexion avec son héroïne, comment ce style bien particulier de rédaction s’est imposé à lui et les recherches qu’il a menées.

C’est passionnant, bouleversant et très juste. Je vous le recommande chaudement.

-Emy

Charlotte, David Foenkinos, Gallimard, 221 p.

2014 in books

La première semaine de janvier s’est achevée hier, et je ne me suis toujours pas attelée au traditionnel bilan. Je sais qu’on en voit un peu partout en ce moment, mais comme je n’ai pas blogué toute l’année, je trouve que c’est un bon moyen de cloturer 2014 et de commencer la nouvelle année sur de nouvelles bases.

Préparer ce bilan m’a fait réaliser que 2014 n’aura pas été une année particulièrement riche en lectures. Je n’ai lu qu’une bonne cinquantaine de livres. Parmi eux, certains ont été de vraies révélations, d’autres de très bonnes lectures. Mais surtout, il y a surtout eu des livres sympas, c’est-à-dire, des livres qui m’ont divertie et que j’ai aimé, parfois sans plus, mais qui n’ont pas non plus été particulièrement mémorables. J’ai un peu l’impression d’avoir eu une année à « trois étoiles », pour vous donner une idée plus précise de mon ressenti. Pas mauvaise, mais pas exceptionnelle.

C’est aussi pour ça que je ne vais pas faire un Top 10, car il y en a certains dont je forcerais l’entrée, et qui finalement n’ont pas vraiment leur place à côté d’autres que j’ai absolument adoré et qui ont considérablement enrichi ma vie de lectrice. Je vais donc plutôt opter pour un bilan rédigé, et plus nuancé.

Si je ne devais retenir qu’un seul livre de mon année, ce serait A tree grows in Brooklyn de Betty Smith sur lequel je ne vais pas encore m’étaler. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller lire ma chronique en cliquant sur le titre. J’ai également été totalement transportée par To kill a mockingbird d’Harper Lee, autre monument de la littérature américaine.

Juste derrière arrivent Les oreilles de Buster de Marie Ernestam et  The rain before it falls de Jonathan Coe. Deux merveilleuses découvertes que je recommande chaudement. Je n’ai pas rédigé de billet sur le premier mais vous pouvez en savoir plus sur le second par ici.

Je continuerai en mentionnant le premier tome des aventures de Flavia de Luce, The sweetness at the bottom of the pie d’Alan Bradley. Et puis il y a eu la découverte des aventures de Cormoran Strike avec The cuckoo’s calling que j’ai particulièrement apprécié. Deux livres dont les suites seront lues en 2015, c’est certain.

En 2014, j’ai également découvert Rainbow Rowell dont on ne cesse d’entendre parler sur les blogs ou Youtube. J’ai lu Fangirl et Eleanor & Park que j’ai tous deux aimé pour des raisons similaires, bien que les deux romans soient assez différents. Rainbow Rowell a le don de construire des personnages très attachants, dans une histoire simple, mais efficace. De plus, ses histoires ont toutes les deux un contexte particulier. Le premier parle de fanfictions, et l’autre se passe en 1986. C’est toujours le petit plus qui fait qu’ils se démarquent des autres du genre.

Pour terminer cette partie, je citerai ma rencontre avec Barbara Constantine qui m’a fait passer de charmants moments avec Et puis Paulette… et Tom petit Tom tout petit homme. Ce sont des livres courts qui se lisent en très peu de temps et qui mettent du baume au coeur. Ne vous en privez pas.

En jeunesse, je retiens les premiers tomes des Folles aventures d’Eulalie de Potimarron d’Anne-Sophie Sylvestre, Lili Goth de Chris Riddell, The Spiderwick chronicles d’Holly Black et Tony Ditterlizzi ainsi que Madame Pamplemousse et ses fabuleux délices de Rupert Kingsfisher. Des séries que j’aimerais poursuivre et terminer en 2015 (mise à part pour Lili Goth dont le 2ème tome n’est pas encore sorti).

Ce que j’ai apprécié en 2014, c’est d’avoir consacré un peu de temps à la relecture. J’ai relu deux romans d’Agatha Christie (Murder on the Orient Express, Death on the Nile), ainsi que les quatre premiers tomes d’Harry Potter. Depuis le temps que je me dis que je vais les relire, je peux vous assurer que c’est une grande satisfaction de m’y être remise ! Et là également, sans surprise, c’est toujours un plaisir qui ne connait pas de limites.

Autre bon point de l’année dernière : j’ai renoué avec les bandes-dessinées. J’en ai lu énormément durant mon enfance, mais c’est un genre que j’ai ensuite injustement délaissé. J’ai découvert quelques pépites comme Les carnets de Cerise ou La vraie vie d’Agatha ou encore Wika, Une rue en Amérique, Blacksad (non non, je ne lorgne pas sur l’intégrale), et les deux adaptations des deux premiers tomes de Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh par Cati Baur qui se sont toutes révélées de pures merveilles.

A part ça, j’ai eu une grosse déception avec L’éveil de Mlle Prim de Natalia Sanmartin Fenollera ainsi qu’avec Cyanure de Camilla Läckberg, plus récemment, mais dans une moindre mesure, en raison de la taille du livre et les attentes que j’y avais placées. Bien qu’Agatha Doyle au service de sa majesté de Caroline Triaureau avait tout pour me plaire, ça n’a pas fonctionné non plus, dommage… Je n’ai aussi que très moyennement apprécié Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson.

Je remarqué que la plupart de mes « bonnes » lectures sont arrivées en deuxième partie d’année. Il faut dire que j’ai été occupée par mon déménagement et mon installation au début de 2014. Je n’avais pas vraiment envie de lire, et je n’en avais pas vraiment le temps non plus. J’ai du inconsciemment (ou consciemment, en fait) me plonger dans des livres qui me demandaient moins d’attention et d’investissement. Aussi, je n’ai rien lu de Alexander McCall Smith en 2014, mais qu’est-ce qu’il se passe ? Il faut que ça change en 2015 ! Mais tout ça, ça sera pour le billet sur les bonnes résolutions :-)

Et vous ? Quel est votre ressenti sur votre année de lecture ? Des coups de coeur, des déceptions ?

-Emy