The Mousetrap by Agatha Christie

La semaine dernière, je suis allée voir The Mousetrap d’Agatha Christie (La souricière, en français). La pièce est jouée depuis 63 ans, et parvient toujours aujourd’hui à faire briller les lumières rouges sur la façade du Martins theatre. Pas étonnant, c’est un vrai petit bijou ! Que vous soyez ou non un mordu de Dame Christie, je peux vous garantir que vous passerez un bon moment.

Je n’avais pris aucun renseignement concernant l’histoire au préalable. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, même si j’aspirais à une ambiance très british, comme dans beaucoup des romans d’Agatha. Et je pense que c’est la meilleure façon d’appréhender la pièce. Rien de tel que de se laisser porter par l’intrigue, se construisant petit à petit au fil des dialogues, et de faire la connaissance des personnages au fur et à mesure qu’ils apparaissent sur scène. Ils forment un ensemble que je qualifierais de « typiquement Christie », mais surtout, ils sont tous brillamment interprétés. Ils vous feront rire, grincer des dents, mais ce qui est certain, c’est que vous passerez un excellent moment en leur compagnie.

29.01.15

Je voudrais bien vous en dire davantage, mais je pense que le mieux est justement de ne pas trop en dévoiler. J’avais simplement envie de vous confier mes impressions générales, afin de vous donner à vous aussi l’envie de vous y rendre lors d’un prochain passage en terre anglaise. De toutes façons, je suis tenue au silence, car après tout, je suis désormais dépositaire d’un des secrets les mieux gardés de Londres ! La pièce se termine en effet par les acteurs nous faisant la demande, pour le moins formelle, de ne pas révéler la résolution de l’intrigue à ceux qui ne la connaissent pas encore… A noter que ça ne m’empêche pas d’avoir envie de revoir la pièce, ni d’avoir la furieuse envie de la redécouvrir sur papier…!

Quoiqu’il en soit, j’espère que je vous ai donné envie de découvrir vous aussi cette petite merveille. Que ça soit en live (le merveilleux accent British est un gros plus), ou sur papier. N’hésitez pas à me dire ça dans les commentaires ci-dessous. Et pour ceux qui sont dans la confidence, je serais plus qu’heureuse de lire vos impressions, mais n’oubliez pas de rester discrets :-)

-Emy

Publicités

La vraie vie d’Agatha Christie

Agatha - La vraie vie d'Agatha Christie de Martinetti/Lebeau/FrancJe vous retrouve aujourd’hui avec une autre bande-dessinée, et encore une oeuvre pour laquelle j’ai eu un véritable coup de coeur. Aperçue furtivement sur la toile, elle a tout de suite attiré mon attention, et je n’ai pas hésité à l’emporter avec moi après l’avoir feuilletée. Les trois auteurs de cette petite merveille ont réalisé un travail à la fois divertissant, instructif et incroyablement bien illustré.

La bande-dessinée retrace, comme son nom l’indique, la vie d’Agatha Christie, y incluant à la fois les évènements de sa vie personnelle entremêlés à sa vie d’écrivaine. Le récit commence par l’épisode de sa disparition en 1926 sur laquelle planera toujours un mystère qu’elle ne dévoilera jamais. Cela marque sans doute la volonté des scénaristes de mettre immédiatement l’accent sur la forte personnalité d’Agatha, nous apparaissant ainsi d’emblée comme une femme indépendante, maîtresse de son sort, pouvant disparaître et réapparaître sans avoir le sentiment de devoir s’expliquer.

L’histoire  se construit donc par des retours en arrière et enchaîne de façon naturelle sur la suite des aventures de l’écrivaine, après l’épisode de 1926. Le tout est très habilement mené, et grâce aux dates mentionnées au-dessus des planches ainsi qu’au physique changeant d’Agatha, il n’est pas vraiment possible de s’emmêler les pinceaux et de perdre le fil du récit.

Cette biographie illustrée nous fait découvrir une femme moderne (et consciente de l’être). Agatha mènera une vie des plus remplies, faites de nombreux voyages, et d’expériences inoubliables dont elle se nourrira et ne manquera pas de s’inspirer dans son écriture. Elle fait indéniablement partie de ces femmes dont la vie et les valeurs sont de vraies inspirations, encore à l’heure actuelle.

783ad-dsc_0264

db5a1-dsc_0266

Agatha est une bande-dessinée fouillée, reposant sur un savoir solide et mis en scène de façon particulièrement habile. Il s’agit d’une oeuvre bavarde qui laisse cependant au dessin la place qui lui revient. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le trait d’Alexandre Franc ainsi que son utilisation des couleurs.

Par ailleurs, le tout ne manque vraiment pas d’humour ! Tour à tour, le lecteur fait la connaissance d’Hercule Poirot, de Miss Marple et d’autres héros ayant construit l’oeuvre d’Agatha. Ils apparaissent dans le récit comme des sortes de « conscience » et donnent lieu à des scènes drolatiques, à tendance caustique.  Cela montre aussi de façon assez pertinente le rapport qu’elle a pu avoir avec ses personnages, et la manière dont ceux-ci l’habitaient et l’accompagnaient au quotidien.

e79a6-dsc_0276

3ae19-dsc_0274

Si vous êtes comme moi, et que vous ne connaissez Agatha uniquement au travers de ses romans, votre curiosité sera assouvie, mais également agréablement attisée. Je trouve qu’il s’agit d’une parfaite introduction pour ceux et celles qui souhaiteraient en apprendre davantage sur la dame du crime, et se plonger ensuite dans sa biographie. Mais c’est également une oeuvre qui se suffit à elle-même et qui nous conte brillamment, en un tour de traits et de lettres, la vie d’une des grandes figures de la littérature anglaise.

– Emy

Agatha – La vraie vie d’Agatha Christie, Anne Martinetti, Guilaume Lebeau, Alexandre Franc, Marabout, 114 p.